Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 17:11

J’ai couru dans les bras des filles

Comme on va courir sur la mer

Comme un soleil qui déshabille

L’écume claire des eaux amères

 

J’ai pleuré dans le cœur des filles

Comme on va pleurer dans l’oubli

Flamme changeante qui vacille

Dans la prière de minuit

 

J’ai aimé la lèvre innocente

Le sein durci sous la caresse

Et l’ombre bleue des chairs mouvantes

La nuque mouillée sous la tresse

 

Toute saison était printemps

Toute aventure était passion

J’avais le cœur d’un papillon

J’avais  vingt ans…

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

Calliphos 25/02/2010 10:23


Nostalgie de la jeunesse et des premiers ébats ?


Crepusculine 26/01/2010 20:53


Même si tu n'as plus vingt ans, c'est toujours la même chose, les filles courent toujours sur la plage et les garçons après - sourire - très joli ton poème, un peu nostalgique, mais pas
contagieux   - contente de te lire à nouveau, bonne semaine Jean-Baptiste bisous


sandrasbz 24/01/2010 20:58


Très joli poème... un peu nostalgique. L'âge c'est dans la tête, comme dit la chanson "quand on aime, on a toujours vingt ans".

Bonne soirée

Sandra 


Valentine :0056: 24/01/2010 17:55


"J'avais vingt ans"... Dis donc, c'est bien court, une année ; et à quarante, ce n'est plus possible ?
Bon, allez, façon de parler, mais tout de même tu sembles nostalgique !...
N'empêche, ton poème est joli.