Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 20:55

Si la mort avait tort le monde n’irait pas

A la fin du chemin se jeter dans ses bras

Si la Mort n’était qu’une ultime imposture

Nous oublierions nos vies dans les ciels du futur

Tout au bout du chemin

Le cœur dedans la main

Dans les fils d’écheveaux que délassent nos mains

La Mort se tient debout en mire du destin

Nous construisons nos vies nous construisons nos sorts

En offrandes à venir à notre sœur la Mort

Tout au bout du chemin

Le cœur dedans la main

Nos vies parlent d’amour de joies et de bonheurs

Au bout de la chanson c’est la Mort qui est à l’heure

La Mort la Mort la Mort et son amour immense

Comme une dernière vague abolie l’espérance

Tout au bout du chemin

Le cœur dedans la main

Dans les yeux de la Mort il y a de la tendresse

Son amour pour nos vies excuse nos faiblesses

Amante qui toujours nous accepte et nous prend

Nous sauvant sans retour des outrages du temps

Tout au bout du chemin

Le cœur dedans la main

Le soir où tu viendras pour m’offrir tes bras

Mon âme sera prête

Sur ta poitrine nue je poserais ma tête

Et tu m’emporteras

Tout au bout du chemin

Le cœur dedans la main

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

jean-baptiste 20/11/2010 18:20



Hé, hé, tu as raison Françoise prenons notre temps


Bises



Crépusculine 19/11/2010 19:06



La mort a bien jolie couleur chez toi, partir le coeur dedans la main, tu en parles d'une façon douce, bien sûr elle est inéluctable, mais... pour moi.. pour y blottir ma tête contre sa poitrine,
je voudrai qu'elle revête l'aspect d'un homme..


Il est rare de lire un si beau texte sur la mort, ton poème n'est pas morbide du tout, au contraire, le passage a presque un aspect attirant, mais... nous attendrons encore pour faire ce voyage,
pour l'instant rien ne presse 


Bon week end Jean-Baptiste, bacci mille



aimalun 12/11/2010 21:02



D'actualité surement. Novembbre c'est le mois du scorpion, dont tu sais , toi qui connait l'astrologie, que les attributs sont; négatif, fixe, d'eau , féminin, violent, fécond, nocturne, muet,
tortueux et qu'il régit entre-autre la mort.


 



Valentine :0056: 11/11/2010 21:25



Dis donc Jean-Baptiste, ce n'est pas bien gai ! C'est à cause de la Toussaint ? Sûr que c'est d'actualité...