Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 06:58

 

drapeau Corse (4)

 

Dio vi salvi Regina
E Madre Universale
Per cui favor si sale
Al Paradisu.

A voi sospira e geme
Il nostro afflitto cuore,
In un mar di dolore
E d'amarezza.

Voi dei nemici nostri
A noi date vittoria ;
E poi l'Eterna gloria
In Paradisu.

Que Dieu vous garde, Reine,
Et Mère universelle
Par qui on s'élève
Jusqu'au Paradis.

Vers vous soupire et gémit
Notre cœur affligé
Dans une mer de douleur
Et d'amertume.

Sur nos ennemis
Donnez-nous la victoire
Et puis l'Éternelle gloire
Au Paradis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Corsica

 

O Frate !

 

De l’île aux mirages

Où méduse épousa les pierres

Où l’on entend dans les vallons

Le cri des streghe qui épouvante les nuits

Où tout est v/rai

Car tout est faux

Et cette mémoire de la terre

Qui nous colle à l’âme

Qui nous englue dans le mystère

De ces fils qui s’entremêlent

Nœuds que toutes raisons récusent

De cette île aux horizons variables

Qui montrent et l’or et le plomb

De ce silence violent posé sur les eaux

Sous d’immémoriales lunes rousses

De cette île fantasmatique

Rocher propitiatoire que nul sacrifice n’apaise

Table d’or de l’arche qui se dévoile et disparaît

Médée dit on la visita

Circée en fit son apanage

Et moi dans un retour que j’ai cru vouloir

Je bois l’amère liqueur des magiciennes

Que le trismégiste lui-même distilla

 

O mo Paesu O Corsica !

 

O Surella !

 

De l’île d’ombres et de lumières

De l’île aux souffles

Couronnes invisibles des roches fantasmatiques

Gorgones pétrifiées

Dressées dans une ultime supplique

De la terre de notre mystère

Où toutes vérités vont voilées

Où le murmure des eaux chante d’étranges prières

Quand le vent danse dans les vallées.

 

O mo Paesu O Corsica !

 

O Mà !

 

De cette montagne dans la mer

Terre gorgée des sangs mêlés des peuples de mémoires

Autel des sacrifices atlantéens

De cette Thulé méridionale

De cette île aux mille odeurs

Trop blanche

Trop noire

Comme les couleurs de son drapeau

De cette Kyrné qui ne se prend pas

Qui se donne parfois

Qui se refuse souvent

Prodiguant son amour avec la même violence que ses haines

De l’Île aux visages de pierres

Pleurent les larmes de nos mères.

 

Eternelles épousailles de la terre et des eaux

Dans des noces couleur de rouges et de turquoises

Ô Mère de douceur au sourire de Madone

La vague avec le vent t’habillèrent de blanc

Mais la mort et le sang te revêtirent de noir

Les deuils ont assombri nos chants de tes douleurs

L’injustice a nourri  nos chants de tes révoltes

Toujours tu effaças nos ombres par tes ors

Embrasant de lumière la douleur de nos tombes

Sur la ligne des monts lorsque le soir descend

Se trace sous le ciel le signe de nos Pères

Dans la danse de l’aigle et le vol des colombes.

 

O mo Paesu O Corsica !

 

 

                       

O Frate /Ô Frère - Streghe/Sorcières- O Surella /Ô Soeur 

O Ma /Ô Mère 

O mo Paesu O Corsica / Ô mon pays Ô Corse

 

Pour ceux que cela intéresse vous trouverez les paroles complètes et deux interprétations de l’Hymne Corse sur :

 

http://www.lexilogos.com/corse_hymne.htm

 

Ainsi que l’interprétation du groupe Barbara Furtuna (ma préférée) sur You Tube :

 

http://www.youtube.com/watch?v=L0y721NTfBg&feature=related

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

Crépusculine 23/11/2012 20:29


Très passionné, très Corse ! très beau, bacci mille Jean-Baptiste

AïmalUn/Jean-Baptiste 03/10/2012 20:16


Merci Martine!

Valentine :0056: 03/10/2012 19:11


C'est très beau ! merci Jean-Baptiste !