Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 12:12

Laika024 0001

J’avais rêvé de lunes fières

Sous des ciels où sombrent les eaux

L’éclat glacé des roches altières

Où s’en vont mourir les oiseaux

Dans l’or déchirant des nuits

Le lourd silence des nécropoles

La gifle battante des pluies

Qui fait dégorger les rigoles

C’est tout c’est tout !

Tous mes amours répertoriés

Dans les mémoires du désir

Les cœurs chantant les cœurs pliés

Dans l’obscur songe d’avant mourir

Les volcans éructant leurs rages

Le soubresaut du corps dormant

Troubles troublant la vierge page

Où doit s’inscrire l’ordre du temps

C’est tout c’est tout !

Mes nuits chavirées de tempêtes

Sous l’orgue rauques des grands vents

Figure de proue levant la tête

Couronnée d’écume océans

Fuir l’indicible qui nous hante

Sous l’ombre portée des années

Comme un fantôme que tourmente

La promesse d’éternité

C’est tout c’est tout !

Je chemine aux chemins perdus

Enfant d’écoles buissonnières

Tremblant au chant pourtant ténu

De la mésange charbonnière

Enfant des buissons de l’automne

Des rayons rasant d’un soleil

Flèches d’argent dans l’air atone

Dans la brûlure des jours pareils

C’est tout c’est tout !

Courage hardis soldats allant

Sur les pavés  sourds de la vie

Tambours qui résonnent pourtant

Sous la botte brutale des nervis

Où habiter dormir et rire

Où retrouver le feu joyeux

La grâce des lèvres pour dire

Le doux baiser de l’amoureux

C’est tout c’est tout !

Dans l’étreinte glacée du soir

Les ombres montent des marais

Fiancées perdues des désespoirs

Où sont vos amants en allés

Les brumes sont vos seuls habits

Vos chants font pâlir les étoiles

Mes sœurs  sanglotantes  des nuits

Promises aux rondes infernales

C’est tout c’est tout !

J’avais rêvé de lunes fières

De ciels qui épousaient les eaux

Des sommets des roches altières

Où s’en vont danser les oiseaux

Sous l’or enivrant des nuits

Le chant montant des acropoles

La caresse mouillée des pluies

Qui fait fleurir les farandoles

C’est tout c’est tout !

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

Francois Lagane 25/04/2010 12:43



C'est tout.............c'est déja pas mal.



Valentine :0056: 18/04/2010 10:40



Bravo ! Magnifique poème Jean-Baptiste.Ton refrain "C'est tout c'est tout" me plaît beaucoup.


Et de plus je vois que tu as mis le module "newsletter", je vioens donc de m'abonner. Grosses bises.



Crepusculine 07/04/2010 18:26



C'est tout ! mais ce n'est déjà pas si mal !!


« La gifle battante des pluies, qui fait dégorger les rigoles »


« un fantôme que tourmentent la promesse d’éternité »


« les rayons rasant d’un soleil »


« femmes de soldat perdues de désespoir »


Toujours de grands tourments chez toi, mais c'est la vie, et tu as pour le dire des vers indicibles !


Ton poème s'achève tout en douceur et je préfère la caresse mouillée des pluies aux gifles battantes, oui c'est tout..


Bonne semaine Jean-Baptiste, bacci mille