Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 19:51

images-suite-04588.jpg

 

 

La ligne de ton coeur va plongeant vers les ombres

Quand ton amour se noie dans l’eau amère et sombre

Où l’a précipité la houle de ton âme

Tes yeux deviennent alors comme deux mornes flammes

Qui ne devinent plus que l’obscur des jours

Dans les silences hurlants du désert de tes nuits

Tu te perds dans des rêves aux étranges contours

Livrant tes chairs mouillées aux amants de l’ennui

Tes doigts dont la morsure fait tressaillir ton corps

Il y a pourtant en toi cette aurore clandestine

Voulant boire au matin les rayons du soleil

Pour libérer enfin de ces nuits assassines

Ton corps pâle et tremblant qu’étouffe le sommeil

Et que se pose enfin sur l’ombre de ta lèvre

La bouche de l’amant en habit de lumières

Qui te fera danser dans les ors de ses fièvres

Amante enamourée

Que la clarté habille.

 

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

Crépusculine 23/12/2011 18:37


Bonsoir Jean-Baptiste, je te souhaite un Joyeux Noël entouré de tes proches, et bon Noël à toute ta famille, bacci mille 

jean-baptiste 06/11/2011 18:16



Salut Françoise, oui j'ai été un peu absent.


Bacci mille!


 



Crépusculine 05/11/2011 21:31



C'est l'histoire de la Belle au Bois Dormant en plus sensuel    Tu t'es fait attendre Jean-Baptiste.


J'espère que tu es bien à l'abri dans ta maison, car les éléments se déchaînent dangereusement sur ton île, c'est effrayant cette cascade qui retombe sur la route.


Bon dimanche à toi, bisous



jean-baptiste 01/11/2011 21:53



Merci pour ton commentaire Martine, j'ai été ces derniers temps quelque peu dans l'absence. Je suis aussi sur Atamenta et toi?


 



Valentine :0056: 31/10/2011 22:44



L'amour, toujours l'amour ! Charnel et ténébreux... et qui pourtant s'achève dans la lumière ! Contente de te retrouver, Jean-Baptiste.