Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

2 juin 2007 6 02 /06 /juin /2007 18:16

Si la fête des Mères est aujourd’hui bien galvaudée devenant un produit marchand, elle n’en reste pas moins dans nos cœurs d’enfants et dans notre inconscient collectif un hommage aux Femmes donneuses de vie, de notre vie.

 

Alors revisitons le Mythe, et qui mieux qu’Isis, la Déesse-Mère immémorielle, maîtresse et protectrice des mystères de la vie, matrice universelle, peut représenter les Mères passées et à venir ?  Lorsque « le vieux dieu » plein de rages et de pouvoirs se meurt, la Mère est toujours là, garante des aubes nouvelles. Pour honorer cette universalité, ce beau poème de Nerval.

Source image : http://www.hranajanto.com/goddessgallery/isis.html

HORUS

 

Le dieu Kneph en tremblant ébranlait l'univers:
Isis, la mère, alors se leva sur sa couche,
Fit un geste de haine à son époux farouche
Et l'ardeur d'autrefois brilla dans ses yeux verts.

 

"Le voyez-vous, dit-elle, il meurt, ce vieux pervers,
Tous les frimas du monde ont passé par sa bouche,
Attachez son pied tors, éteignez son oeil louche,
C'est le dieu des volcans et le roi des hivers!

 

L'aigle a déjà passé, l'esprit nouveau m'appelle,
J'ai revêtu pour lui la robe de Cybèle...
C'est l'enfant bien-aimé d'Hermès et d'Osiris!"

 

La déesse avait fui sur sa conque dorée,
La mer nous renvoyait son image adorée,
Et les cieux rayonnaient sous l'écharpe d'Iris.

 

Gérard de Nerval in les Chimères.

 

Bonne Fête à toutes les Mères, d’hier et de demain !

 

 

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

Aïmalun 20/06/2007 22:34

Si,si, Cerise, i'm always there, bisous

clem 19/06/2007 21:45

tu ne viens plus nous enchanter ?
bonne soirée
clem

Aïmalun 16/06/2007 22:19

J'ai lu Martine, tu vois juste. La lumière est fille de l'ombre, et mon poème culte c'est " El Desdichado", j'en ai un autre qui est de Baudelaire...

valentine :0056: 16/06/2007 17:06

Ah ! Ben voilà ! Va voir un peu ce que je viens d'écrire sur le blog de Lyriann (existessence)...

Crépusculine 15/06/2007 21:30

Bonsoir Jean-Baptiste, je t'ai tagué, c'est une participation de blogueurs et blogueuses, je t'invite à aller voir sur mon blog.  Bisous