Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 18:05

 

 

Les Sept Epées d’un Capitaine

 

 

 





La première illégitime

Qui dit- on aveugle devint

Fut conçue entre l’âne et le foin

Des désirs d’une péronnelle

Pour les gloires d’un capitaine

 


La seconde du vif-argent

Prémices des gloires Divines

De son époux fera un rôt

Pour l’enfer que Satan anime

Yahvé trembla en l’accueillant

 


Le troisième pour porter beau

Exulta dans la limonade

Le corps chevillé au bistrot

Il sacrifia ses désirades

A tous les revers de drapeaux

 


Le quatrième comprit tôt

Tout le funeste du présage

Et s’écarta tout aussitôt

De cette couvée de sauvages

Abandonnant son frère jumeau

 


Le cinquième osa s’attaquer

Au privilège indiscutable

Du pater qui pétait à table

Hélas ce crime inexpiable

Le fit sombrer dans la folie

 


Le sixième faut-il le taire

Ame incomprise doux délire

Rêve de rose féminin

Bas en résille souliers satins

Et n’a qu’un œil pour le dire

 


La septième enfant s’énivra

Buvant le vin de son baptême

Moitié méduse moitié sirène

Elle abreuva de ses blasphèmes

Toutes les gloires d’un capitaine

 

 

 

 






La première illégitime
Irritée parfois se déprime
Et dépose sur quelques cercueils
Sa poussière de mauvais œil



La seconde mater dolorosa
Fut aussi mère du prophète
Du paradis elle se glosa
Et mit Satan dans toutes ses fêtes



Le troisième bellâtre fut
Et engendra force artistes
Quand toute honte il eut bu
Parade avec les clowns tristes



Le quatrième que la guerre tourmenta
Point né pour être un grand guerrier
La tempête le dissipa
Avec son chien pour écuyer


Son jumeau sans sépulture
Erre à la surface des eaux
Riche tombeau belle sculpture
A celui qui ramène ses os



Le sixième promis pour être mage
Ne fut pas même un enfant sage
Car les folies orientales
Visitaient son astre fatal



La septième offrait son cœur en or
Pour cela châtiée et privée de tombe
Elle fut sur mes mains j’en pleure encore
Pour s’être appelée Colombe

 

 

 

 

 


Mais la première revient toujours

Pour tourmenter les survivants

Légitimes et sans amour

Tous iront les pieds devant.

 

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste
commenter cet article

commentaires

LyRiAnN 08/09/2008 15:33

Je prends mon pied à te lire ! Poème orgasmique ???

Crépusculine 17/04/2008 22:37

Ta version est plus tourmentée, plus obscure que celle de ton frère. Il règne une sacrée graine de poésie dans la famille, c'est chouette. Bisous

Jean-Baptiste 17/04/2008 06:42

La version de droite est de mon frère Antoine, la gauche de moi.Bisous à toutes les deux.

Valentine :0056: 16/04/2008 22:05

Quelle belle variante des sept épées d'Apollinaire ! (Pour la partie gauche). Mais de qui est la version de droite ? De Patrick ??...

Crépusculine 15/04/2008 22:24

Que de péripéties plus pathétiques les unes que les autres, pas gai tout ça, mais quel exercice de style ! J'en préfère voir le côté ironique, voire satyrique, avec un zest d'humour (noir), mais c'est toujours un plaisir de te lire. Bonne soirée Jean-Baptiste, gros bisous