Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 15:11
undefined

Ici et là

Au pays des secondes

Il y a

Le cœur des pendules qui bat

Au pays de chez moi

Il y a

Un cœur battant qui gronde

Rose rouge du rosaire

Egreneuse du  temps de l’âme

Récitante de ma prière

Et toi et toi que viens tu faire

Traîneuse des désirs obscurs

Roucoulant aux eaux des fontaines

Colombe trouble en sa parure

Qui dit le blanc et puis la peine

En mes rêves l’enfant se perd

Toute l’odeur des jasmins

Dans la caresse d’une main

Lorsque le vent lève la terre

Il y a au pays des secondes

Cette seconde où tant je t’aime

Instants posés faisant la ronde

Sur les chemins des nuits trop blêmes

 

Eva Maria sainte Marie

Régentes des neuf paradis

Ignorez- vous le chant oblique

Qui comme un cri dit ma supplique

J’implorerais tous vos pardons

Vos grâces anciennes et nouvelles

Et j’écrirais mon oraison

Afin que le ciel se rappelle

Qu’au pays des secondes il y a

Comme une éternité qui traîne

Ici et là… ! 

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste - dans aimalun
commenter cet article

commentaires

Alice 03/02/2008 02:08

moi c'est le contraire! cette semaine je mets tout le monde dehors! :)

clementine severin 23/01/2008 17:13

L'on se demande parfois pourquoi telle ou telle personne est entré dans sa vie.. Je me le suis demandée souvent... C'est pour cela que je ne laisse plus personne y entrée.. lol Clémentine

Alice 20/01/2008 00:57

je viens te faire un petit bisou, ici et là...enfin, si tu veux... :)

Orely 19/01/2008 12:59

waow !!! je lis et je relis ces magnifiques mots !! franchement, waow bon week endbisous étoilés***

Crépusculine 18/01/2008 20:45

Les secondes s'égrennent et l'éternité qui traîne mesurée au grain du chapelet.. Bon week end Jean-Baptiste, bisous