Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Chants d'Aïmalun
  • Les Chants d'Aïmalun
  • : Blog de poésie, d'amour, de rêves, d'humeurs
  • Contact

Texte Libre

Un soir de demi-brumes à Londres

Un voyou qui ressemblait à

Mon amour vint à ma rencontre

Et le regard qu’il me jeta

Me fit baisser les yeux de honte…

 

Au tournant d’une rue brûlant

De tous les feux de ses façades

Plaies du brouillard sanguinolent

Où se lamentaient les façades

Une femme lui ressemblant…

 

C’était son regard d’inhumaine

La cicatrice à son cou nu

Sortit saoule d’une taverne

Au moment où je reconnus

La fausseté de l’amour même…

 

J’ai pensé à ces rois heureux

Lorsque le faux amour et celle

Dont je suis encore amoureux

Heurtant leurs ombres infidèles

Me rendirent si malheureux…

 

Mon beau navire ô ma mémoire

Avons-nous assez navigué

Dans une onde mauvaise à boire

Avons-nous assez divagué

De la belle aube au triste soir…

 

Voie lactée ô sœur lumineuse

Des blancs ruisseaux de Chanaan

Et des corps blancs des amoureuses

Nageurs morts suivrons-nous d’ahan

Ton cours vers d’autres nébuleuses…

 

Apollinaire  La chanson du mal aimé (extrait).

 


Recherche

.

bia-levant3.jpg
The mind is its own place, and in it self c
an make a heavn of Hell, a Hell of Heavn
Milton,Paradise Lost.

Les textes de ce blog sont une propriété intellectuelle et font l'objet d'un dépôt légal.

Textes  protégés par une licence Creative Commons.

Vous pouvez me retrouver aussi sur  ATRAMENTA

 

www.atramenta.net/authors/jean-baptiste-fouco/2383

Archives

Articles Récents

12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 17:01
Souvenir de Vous

Faut-il que mon cœur se souvienne

De ce premier baiser de vous

De l’eau a coulé aux fontaines

Madame je n’ai aimé que vous

Je fus pourtant bien maladroit

Courant les cœurs au fil des jours

D’avoir oublié tant de fois

Que vous étiez mon seul amour

Vous m’avez laissé à moi-même

Comme un nuage sous le vent

Qui croit aimer disant je t’aime

Aux tourbillons des faux serments

Dans la lumière bleue qui se grise

De mes rêves devenus flous

Pour mon cœur il n’y a plus méprise

Madame je n’ai aimé que vous

Vous êtes ailleurs il est trop tard

Qu’importe regrets et remords

Il ne coule plus du canthare

Que l’eau amère de la mort

Faut-il que mon cœur se souvienne

De ce premier baiser de vous

Le temps a tari les fontaines

Je pleure au souvenir de vous.

Partager cet article

Repost 0
AïmalUn/Jean-Baptiste
commenter cet article

commentaires

organique 12/11/2014 04:33

On en veut encore avec autant d\'humour. Sympa.

AïmalUn/Jean-Baptiste 12/11/2014 16:15

Merci de votre visite organique :)

Crépusculine 05/08/2014 18:43

A cette très agréable lecture, j'ai l'impression d'entendre la chaude voix de Reggiani chanter. C'est très poétique, et plus chaleureux que certains de tes autres textes un peu trop "noirs". Bacci mille Jean-Baptiste

AïmalUn/Jean-Baptiste 12/11/2014 16:15

Merci Françoise, avec un peu beaucoup de retard :)
Bacci mille